Le vendredi de la biodiversité à Villennes sur Seine : Le Martin-Pêcheur

Je m’appelle Martin et certains disent que je suis Badass… de ouf !

Si tu vas traîner sur la Seine, en ce moment, on ne voit que moi.

Me voir… Tout est relatif parce que je trace au raz de l’eau, une fusée qu’ils disent.

Moi, je trouve que je vais à la bonne vitesse.

Dans la grisaille Parisienne, sur l’eau grise, sur les branches des arbres gris, je suis une tâche de couleur, d’un bleu électrique qui te réveille la rétine, pour peu que tu captes que je viens de tracer ma route devant ton pif.



Si tu es attentif, tu peux m’entendre aussi mais ça, c’est pour ceux qui me cherchent à en devenir complètement timbrés.

J’ai un chant inattendu…
Badass! 


Mais le son le plus cool, c’est quand je plonge pour choper un poisson. 

Je me pose sur mon perchoir …

J’attends …

Et plouf, je plonge bec en avant et je remonte parfois avec mon butin, un poisson que je gobe tout rond !

Après, je déglutie les arrêtes sous forme de petite boule…
Badass!


Toute l’année, je pêche. 
Tous les jours, je pêche mais c’est en ce moment qu’on me voit le plus facilement parce que je n’ai nulle part où me planquer. 

De toute façon, je suis tellement rapide que je ne risque pas grand-chose.

J’ai mon perchoir, je le partage parfois avec mon partenaire du moment, quand il faut nourrir la marmaille sinon: “tire toi de là que je m’y mette !” 
Si tu te poses chez moi, je te vire fissa à grands coups de bec dans ta G…

Badass, ouai, je sais!

alt

Moi,

 je m’appelle Martin 

et

je te souhaite une année 2022…

… Badass de ouf!

Partager l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
A lire

Poursuivre votre lecture