Le Vendredi de la biodiversité à Villennes-sur-Seine : Le Ragondin

J’avoue, je ne fais pas rêver mais moi, je n’avais rien demandé …. Ici, ce n’est pas chez moi!

Je viens de loin, d’Amérique du sud et vous m’avez ramené il y a environ un siècle pour ma fourrure.
Alors maintenant, il ne faut pas venir pleurer qu’on ravage vos berges et qu’on est trop nombreux. On est comme tout le monde, on fait ce que l’on peut, guidé par nos instincts.

C’est vrai que l’on a un bon coup de fourchette. Comme on dit, il vaut mieux m’avoir à dormir qu’à manger parce que je suis un vrai gouffre. Certains diront, non sans une vision péjorative: un trou à bouffer.

J’aime les eaux stagnantes, un peu croupies qui fleurent bon le végétal en décomposition.

Imaginez bien que je ne fasse pas exprès de prendre la place d’autres espèces sur ces berges.  Finalement, mon seul problème est mon besoin frénétique de me reproduire.

C’est la nature qui m’a fait ainsi car de là où l’on vient, il y a beaucoup de prédateurs et nous sommes une source de protéine pour les carnivores.

Mais ici, à part les renards, personne de nous chasse … et vu ce que vous faites de vos renards…

Bref, moi, ça me va, ne changez rien!

Je suis tranquille, je chille sur les berges, je suis un ragondin.

Partager l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
A lire

Poursuivre votre lecture