Le vendredi de la biodiversité à Villennes sur Seine : le Renard (2)

Persécuté, je trouve en ces lieux privés, protégés, un havre de paix. 

À l’extérieur de ces murs, point de salut car votre bureaucratie a tranché:

Légalement, quatre raisons peuvent être invoquées pour inscrire le renard sur la liste des espèces nuisibles: 

• La protection de la flore et de la faune, 

• L’intérêt de la santé et de la sécurité publiques, 

• La prévention des dommages importants aux activités agricoles, 

• La prévention des dommages à d’autres formes de propriété.

Si vous le voulez bien, je vais répondre en mon âme et conscience. 

Je fais partie du cycle du vivant de nos contrées de façon naturelle, je suis une espèce endémique; je vis ici depuis des lustres et j’y ai pleinement ma place. 

Savez-vous que nous protégeons vos cultures des rongeurs qui prolifèreraient à outrance sans nous?

Pour ce qui est de la santé, je me dois de vous expliquer les lois qui régissent notre « politique de santé publique Renard » et aussi, notre politique de régulation des naissances car l’argument sanitaire fallacieux s’évapore ainsi à la douce chaleur de la connaissance.  

Nous avons une faiblesse structurelle.

Notre système immunitaire n’est mature qu’à l’âge de 3 ans.

Avant cela, nous sommes soumis à des maladies non contagieuses pour l’homme comme la Gale. 

Elle fait des ravages chez nos jeunes … une calamité! 

Mais tout renard qui passe la barre des trois ans est sorti d’affaire. Encore faut-il y arriver lorsque l’on est traqué sans relâche.

D’autres sociétés humaines voisines de la vôtre font d’autres choix: ils nous protègent et nos femelles font peu de petits car cela n’est pas nécessaire de faire deux portées par an comme ici. 

Moins de jeunes, moins de gale, CQFD !

Heureusement, certains d’entre vous nous défendent et font avancer la conscience collective, comme ce regroupement de mairies qui a décidé de nous protéger.

 Regardez, c’est juste à côté de chez nous, alors qui sait…?

Des élus pro-renard soutenus par l’ASPAS – ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages (aspas-nature.org)

 

Partager l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
A lire

Poursuivre votre lecture