Le vendredi de la biodiversité à Villennes sur Seine : L’écureuil (2)


Depuis la fin de l’automne, je reprends un peu mon souffle.

Ne vous y trompez pas, je suis quand-même un écureuil, l’hyperactif des arbres, le fou chantant de la branche ! 

Pour moi, reprendre mon souffle, c’est sauter et courir un peu moins que d’habitude. 

Ces dernières semaines, j’ai fait du gras avec ma réserve de noix en tout genre et je suis maintenant paré pour l’hiver.


En ce moment, on se courre après pour se choper, littéralement, âmes pudibondes s’abstenir, vous ignorez tout de notre vie sexuelle débridée?!

La période de reproduction commence et je peux vous assurer que ce n’est pas de tout repos, on donne tout ce qu’on a…

Il faut dire que ça nous amuse et qu’on a plus grand chose à faire pour passer le temps. 

Les nids sont nickels avec la mousse d’octobre, on a stocké bien plus de nourriture que nécessaire dans des galeries aux pieds des arbres.


Alors dès qu’il s’arrête de pleuvoir, on se courre après et la parade nuptiale bat son plein. 

Courses poursuites, claquements de langue, cris, je vous raconte pas le délire! 

On est comme des fous de branches en branches. 

A la nuit tombée, les filles choisissent un garçon et ils vont tous les deux dans le nid de la demoiselle.

Ce qu’il se passe alors, je peux pas vous le raconter, il y a peut-être des enfants qui regardent! 😊

38 jours plus tard, la demoiselle donnera naissance à 3 ou 4 petits à qui elle va se vouer corps et âme.

 La maman écureuil, c’est une mère courage.

Bon, je vous laisse, le devoir m’appelle ! 😃😜

 

Partager l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
A lire

Poursuivre votre lecture